mercredi 25 mars 2009

Fin du séjour à Bologne, chef-lieu de la province d´Emilie-Romagne.
Surnommée "la dotta, la rossa e la grassa", en gros "la savante, la rouge et la grasse" à cause de son rayonnement culturel au Moyen-Age, la couleur de ses tuiles et sa fameuse gastronomie, même l´orientation politique générale de la ville penche dans les tons rouges, une gauche communiste qui fit de la région, pendant la guerre, un haut-lieu de résistance.
Bologne est une ville attachante, pleine de places accueillantes et de ruelles où l´on peut déambuler sous des arcades ( très pratiques quand il pleut ou quand il fait très chaud l´été) et c´est d´ailleurs ce que nous avons fait.
Nous avons commencé par passer près de l´église San Francesco, qui m´a impressionné par son volume ( mais j´ai découvert par la suite que les Bolonais étaient friands de grosses églises). Son autel était orné d´un retable géant en marbre sculpté de la fin du XIVème qui n´était pas photographiable ( " Oh rage, Oh désespoir"), mais quand je dis géant c´est pas pour rire, ca devait bien faire 3 mètres de large par 2 de hauteur.
Tout autour de l´église j´ai découvert quelque chose de tout nouveau pour moi, des sarcophages dans des petites maisonnettes sur pilotis ( j´ai fait sauter les pilotis sur la photo). Ce sont les tombes des jurisconsultes de la ville, c´est à dire des profs de droit, des penseurs et des théoriciens :


Un petit saint à un coin de rue :




L´arrière du palazzo comunale :




Et la Piazza Maggiore, la place principale de la ville autour de laquelle se trouvent la plupart des édifices importants de la période médiévale ( ici une partie de la facade du palais d´Accursio) :





Vous noterez que certains cuvent encore ... Un autre bâtiment autour de la ville: le palazzo del podesta surmonté par la torre dell´ arengo.




Sur le bord de la Piazza Maggiore, se trouve une petite place adjointe, la Piazza del Nettuno, célèbre pour sa fontaine réalisée par Gian Bologna au XVIème, qui bien entendu représente le dieu de la mythologie romaine Neptune avec son trident, entouré de dauphins et de 4 statues de femmes se tenant ... les nichons. Normal elles sont sensées être les 4 fleuves des 4 continents connus de l´époque ( le Gange, le Danube, l´Amazone et le Nil ) et c´est donc par leurs seins que l´eau s´écoule lorsque la fontaine fonctionne ( passant l´hiver c´est sur qu´on n´a pas de chance pour ca ).


Autre vue du palazzo d´Accursio:




Sur un des côtés de la Piazza Maggiore, se trouve la basilique San Petronio, dont la facade n´a jamais été finie ( c´est un tas de briques rouges) et qu´y n´est de toute manière jamais au soleil donc je posterai uniquement des photos de l´intérieur.
Elle est dédiée à saint Pétrone, évêque et patron de la ville depuis le Vème siècle. Au départ elle devait surpasser les dimensions de Saint Pierre de Rome mais la construction a été modifiée. Elle reste toutefois la 5 ème plus grande église du monde avec ses 132 m de longueur et 60 m de largeur. Elle peut recevoir jusqu´à 28000 personnes.



Il y avait une chapelle très mignonne dans un coin, ornée de fresques du XVème de Giovanni da Modena mais comme elle est cadenassée et ce depuis au moins 30 ans, on n´a pas pu en voir grand chose ...


Truc assez sympa de la basilique San Petronio : son sol est marqué du passage d´un méridien et d´un certains nombres de symboles de constellations :




Pas la Grassa pour rien, on peut trouver dans ses rues, de nombreuses échoppes vendant de la charcuterie :




Ou des pâtes fraîches, comme ici des tortellinis qui sont les pâtes typiques de la ville :




Au XIIIème siècle la ville se couvre de tours érigées par les riches et influentes familles. "J´ai la plus haute tour donc c´est moi le plus fort " " non c´est moi et de 10 cm plus haute ! ", c´est aussi enfantin que ca ... La ville en a compté près de 150 mais aujourd´hui seules 2 subsistent dont une qui penche autant que celle de Pise ( pas bon présage ca ) :




Toujours en se promenant dans Bologne, nous avons découvert une nouvelle fonction aux poubelles pour les bouteilles en verre : borne gratuite de petites annonces.




Quelques exemples de ces fameuses arcades qui jalonnent la ville , ici devant l´oratoire de Sainte Cécile :





Ou ici devant la faculté d´art de la ville de Bologne :




On n´est pas si loin de Milan, donc même la vierge a son sac à main ( avec ses initiales en plus ! ):





Une plaque sculptée de Saint Petrone sur un mur de la ville :





Pourquoi la savante ? Ben parce que Bologne a été la première ville à se doter d´une université en Europe et cela dès la fin du XIème du siècle. Juste pour vous donnez une idée: celle de Paris, qui se fait d´ailleurs un max de pub dessus, n´a été ouverte qu´au début du XIIème. Des personnages illustres comme Petrarque, Boccace ou Dante sont passés par ses murs.
Au XVIème, son siège est installé dans le palais de l'Archiginnasio, où l´on peut encore visiter sa salle d´enseignement de l´anatomie avec sa chaire soutenue par deux sculptures d´écorchés en bois. Au centre trône la table en marbre où avaient lieu les dissections :




Une petite photo des couloirs du palais en question :




Il y a du avoir quelqu´un de très très obsédé par sa lignée de noblesse vu le nombre de blasons visibles dans ce palais...



















2 commentaires:

Arts and photos a dit…

Good photos!

Sarah a dit…

Thank you. I try my best.