dimanche 18 octobre 2009

Hier après midi, il faisait beau, ou du moins il a fait beau à peu près 1 heure. Cela aurait été presque assez, si je n´avais pas oublié que c´était un jour de départ de vacances avec tout ce que cela sous entend. Bien entendu je ne pouvais franchement pas prévoir non plus que c´était le jour choisi par la compagnie qui repeint les marques au sol sur les autoroutes pour fermer deux voies sur 4, ... Il y a des trucs où on est aussi mauvais d´un côté comme de l´autre du Rhin, ...
1 heure de bouchon pour faire 17 bornes...
On est finalement arrivé à destination, dans le parc national de Taunus au nord de Francfort et il faisait tout gris et tout froid de nouveau.
Pas franchement donc le meilleur pour visiter Saalburg et son camp romain fortifié.


Ah oui je n´ai pas fumé la moquette, j´ai bien écrit camp fortifié romain, ... A la fin du XIXème, un groupe d´archéologues allemands se sont lancés dans le projet de reconstituer un des camps romains protégeant le limes de l´empire romain au 1 siècle après J.-C. Le camp de Saalburg étant bien connu par les témoignages archéologiques, c´est donc lui qui est choisi.
Alors, on a tous lu Astérix et Obélix, ... les camps romains c´est des tentes avec des palissades en bois autours, ... ben pas celui-là. Enfin au départ si, mais l´empereur Hadrien la fait reconstruire en dur au début du IIème après J.-C. C´est d´ailleurs une statue de son fils l´empereur Antonin le pieux qui vous accueille à l´entrée du camp :



Le camp de Saalburg comptait autours de 800 hommes ( une cohorte menée par un centurion) auquel s´ajoutait son vicus ( une petite agglomération de civils vivant sous ses murs). A peu près 1500 personnes vivaient à temps plein sur le site. La cohorte avait deux missions, la première consistait à sécuriser la bordure de l´empire romain des envahisseurs barbares ( Alamanni et Chatti par exemple), la seconde de protéger la ville de Nidda, qui se situait à 7 km et des poussières. Mais Saalburg n´était qu´une des nombreuses garnisons romaines dans la région :


Le site est classé patrimoine mondial de l´Unesco mais je dois admettre avoir été un peu décue.
La reconstitution est très partielle, seuls l´enceinte ( pas avec les bons matériaux), la salle d´exercices, le quartier des officiers, les cuisines et un barraquement ont été reconstruits. Donc on a un peu l´impression d´un grand vide au centre du camp :


Pour ceux qui avaient un guide, entraînement obligatoire au lancer de javeline.



Le camp avait ses propres thermes avec salles chaude, tiède et froide ( je me demande bien pourquoi ils avaient besoin d´une salle froide vu la température, ... Je me suis littéralement réfrigérée en faisant le tour des murailles) :




Une petite reconstitution des four pour faire du pain pour la cohorte. Il devait quand même y avoir la queue le matin.




Les bâtiments administratifs du camp qui hébergent aujourd´hui un mini musée dédié au limes romain. On vous y explique que vous étiez recrutés entre 19 et 23 ans, que vous passiez 20 ans en service et pour être un vétéran il fallait se faire 5 ans de plus. Et que vous aviez droit du coup à la citoyenneté romaine ( le saint Graal), enfin..., il fallait survivre jusque là ( entre les barbares vicieux et les maladies vénériennes, ce n´était pas chose sure, ...). L´alimentation, l´équipement et les armes romaines sont assez bien expliqués. J´ai été stupéfaite de découvrir que les romains avaient même élaboré des sortes d´arbalètes géantes semi automatiques dotées de chaînes à maillons en bois pour leur faciliter la tache. Bref la mitraillette avant l´heure. Il parait que ca se coincait pas mal d´après les gentils archéologues qui se sont dévoués pour tester tout cela.




Une reconstitution de chambrée de militaires. 8 hommes, une mini zone de feu pour se réchauffer sa nourriture, de la vaisselle, et dans une petite salle attenante tout leur équipement :



T´avais plutôt intérêt à bien aimer tes voisins de chambre, ... Après avoir vu tout cela ( 1 heure), nous sommes partis à la recherche du fameux limes, qui s´est révélé être un talus et j´ai complètement compris pourquoi les romains s´étaient fait viré au IIIème siècle après J.-C. parce que c´est franchement pas sorcier de grimper la palissade et d´entrer dans l´empire romain si c´était comme ca sur des centaines de km.














1 commentaire:

Nadiaher a dit…

toujours des voyages magnifiques avec des photos splendides. Je voyage sans me déplacer! merci!